logo du Silex

Labellisé Scène de Musiques Actuelles
Délégation de Service Public de la ville d’Auxerre

Concert

Eric Gales + 1ère partie : Buzztown

BluesBlues rock

VEN. 14 OCTOBRE 2022

__
HORAIRES > 20h30
OUVERTURE DES PORTES > 20h
TARIF PLEIN > 18 €
TARIF RÉDUIT > 16 € / Pass Culture ► 16 €
TARIF ABONNÉ > 14 €
TARIF ENFANT > 5 €
Grande salle - Le Silex

CONSIGNES COVID-19

► Billetterie du Silex en ligne : https://www.lesilex.fr/billetterie/

PARTAGER

Billetterie Weezevent

Aujourd’hui, avec le lancement de la chanson-titre de son nouvel album, le guitariste Eric Gales prend la place qui lui revient autour de la table des hauts-dignitaires du blues-rock.

Actu :

« Crown », son nouvel opus, dispo le 28 janvier 2022 sur Provogue Records/Mascot Label Group va indiscutablement marquer sa carrière !

 

Produit par Joe Bonamassa et Josh Smith« Crown » permet à Eric de s’ouvrir et s’épanouir comme jamais il ne l’avait fait jusqu’à présent.

Il est enfin libre de partager ses luttes contre la toxicomanie, ses espoirs d’une nouvelle ère de sobriété et de créativité débridée, ou ses réflexions personnelles sur le racisme.

 

Fortes de cinq années de sobriété, de rajeunissement créatif et de perspicacité, les chansons de « Crown » sont délivrées avec clarté et mettent en avant les expériences personnelles d’Eric et son espoir de changement positif.

C’est un Eric Gales le plus audacieusement vulnérable, le plus intransigeant sur le plan politique et le plus confiant que l’on s’apprête à découvrir.

 

Ce somptueux premier single  « I Want My Crown », s’ouvre sur une fanfare d’élégante virtuosité à la guitare avant de se glisser dans un groove funky.

La mine plutôt enjouée, Eric chante qu’il va enfin recevoir son dû (sa couronne) tout en admettant son passé d’auto-destructeur

 

Propre et concentré, guitare à la main, il regarde son trophée avant d’aller affronter le puissant guerrier du blues Joe Bonamassa, dans un combat à la Rocky ou Crossroads

Des cuivres triomphants stimulent l’excitation alors que les deux musiciens se bagarrent à coups de blues déchiquetés. Chacune de leurs interventions respectives nous entraîne vers un final digne d’un feu d’artifice du 4 juillet. Epique !

 

En plus de 30 ans de carrière et 18 albums au compteur, Eric Gales est un peu le feu follet du blues. Sa passion pour cette musique et son désir inébranlable de la maintenir en vie n’ont jamais faibli, même lorsque sa propre lumière s’est obscurcie à cause de ses problèmes de toxicomanie.

 

Depuis 1991, le guitariste originaire de Memphis a ouvert la voie en revigorant le blues avec une virtuosité et une énergie rock qui lui ont valu d’être parfois comparé à Jimi Hendrix.

 

Enfant prodige, doté d’un talent sans limite et d’une détermination farouche,

Il a sorti à 16 ans seulement son premier album, « The Eric Gales Band », sur Elektra Records. Il a reçu des éloges de la part de guitaristes de renom tels que Joe Bonamassa, Dave Navarro ou Mark Tremonti. En outre, il a même relevé le défi de jouer face à Carlos Santana à Woodstock en 1994, et participé à la tournée Experience Hendrix Tour aux côtés de Zakk Wylde, Eric Johnson et d’autre superstar de la six-cordes

 

Clips :
Liens  :


DÉCOUVREZ Eric Gales

1ère partie : Buzztown

Buzztown se dénote de la scène blues classique avec un répertoire aux sonorités jazz, rock mais aussi funk. Le combo qui a partagé la scène avec des groupes comme Ten Years After, Boney Fields et qui en fera de même avec Dr Feelgood, Roland Tchakounté, s’attache à nous emmener dans un blues électrique teinté également de couleurs plus typées. Pour mener son ouvrage à terme, Buzztown s'appuie sur la guitare puissante, précise et inspirée de Hugues Renault, une rythmique énergique "impressionnante" selon le magazine 'Soul Bag', mais également sur la voix chaude et colorée de Mickael Chailloux qui de temps à autres tombe le micro et chausse en complément le saxophone pour mettre encore plus de folie et de furie dans des concerts qui n’en manquent pourtant déjà pas !
Si Buzztown ne se cantonne pas aux limites stricto sensu du blues, ils ne s’en éloignent jamais beaucoup et côté public, force est de constater que la mayonnaise prend sans aucune difficulté !
Buzztown, blues & more...
-extrait d'une chronique de Fred Delforge-

DÉCOUVREZ 1ère partie : Buzztown

Send this to a friend